16/08/2007

Gueules noires

Toi Arrière Grand-père j'ai découvert un bout de ta vie. Hier un homme au cheveux blancs m'a parlé des gueules noires. En quelque sorte, il m'a aussi parlé de toi.

Il m'a montré ces tranchées étroites dans lesquelles vous vous glissiez. Il m'a parlé du bruit assourdissant des outils et de la chaleur insoutenable. Il m'a fait monté dans l'ascenseur et descendre dans le puits. Il m'a surtout vanté la camaraderie entre toutes les nations qui travaillaient dans ce monde noir.

Chacun de mes frissons était comme une pensée à toi mon aieul. Chaque réaction aux histoires de la mine était un remerciement pour le confort que tu nous as offert. Chaque émotion était de l'admiration face à ton courage.

 Le charbon est toujours là sous nos pieds. Comme toi d'ailleurs...

16:58 Écrit par Pakerette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.