09/10/2006

Toucher

Je suis une gourmande du toucher...

Pourquoi me contenter de mes doigts pour vous connaître? L'épiderme seul ne suffit pas à mon frisson. J'effleure vos bras de mes cheveux, je frôle vos joues de ma bouche offerte. J'apprends du bout des cils, de leur battement contre votre tempe lorsque je fais mine de vous parler à l'oreille.

Mon toucher est multiple par ses formes et ses manières. Furtif séducteur ou intense amoureux, il est mien jusqu'au bout des doigts.

11:39 Écrit par Pakerette | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Goût

D'abord posé contre mes lèvres en une caresse chaude et lègérement humide, il semble hésiter à s'offrir à ma langue gourmande. Aurait-il peur que je le croque? Il est vrai que je croustille de désir.
Pourtant, avant de le sentir sous mes dents acérées, je préfère penser à ses douces exhalaisons sucrée. Vais-je le grignoter ou festoyer de lui?
S'il est tendre, je l'enlacerai de ma bouche et ma langue n'aura de cesse de lêcher la moindre goutte de ce plaisir
S'il se fait dur, je mordrai en lui par surprise, profitant sans honte sa pauvre condition.
Je veux qu'il se consume alors que je le consomme...
J'exige qu'il me donne plus soif encore...
Je veux faire bonne chair...de ce petit caramel qui fait fondre mon coeur

09:49 Écrit par Pakerette | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/10/2006

Odorat

Chaque matin, quand Il est doucement sorti du lit, je plonge mon visage dans son oreiller pour respirer avec ferveur les effluves de son sommeil. Les couvertures sont emplies de cette odeur douce et sucrée de son corps alangui. Je me love dans les plis des draps pour attacher à ma peau cet arôme de Morphée.

Je suis la seule à connaître son véritable parfum, celui fait de son corps voluptuteux et abandonné au repos de la nuit...les autres pourront simplement humer l'artifice d'un parfum qui le couvre avec pudeur

16:01 Écrit par Pakerette | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/10/2006

 Contraste

J'apprends le contraste.

 

J'apprends le noir des mots méchants. Le noir du coeur de cette femme égoïste. Cette pauvre fille frustrée qui défoule ses humeurs sur les gens qui l'entourent.

 

J'apprends le blanc, couleur pure d'une naissance qui approche. Un bébé sur lequel je veillerai en marraine attentive

 

J'apprends le rouge de l'Amour profond. Le rouge de mon coeur qui bat à tout rompre et qui se prélasse dans un bonheur incroyable

16:30 Écrit par Pakerette | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |