14/08/2004

Noyade

Noyer mes pensées. Dans une piscine vide et glacée. Ne plus entendre que le bruit assourdi de l’eau se jetant sur les rebords. Ne plus respirer qu’une forte odeur de chlore. Ne plus sentir qu’une tendre caresse froide du maillot sur la peau.

Nager sans s’arrêter, ne reprendre mon souffle que lorsque la tête commence à me tourner. Mes oreilles se sont fermées aux sons déformés du remous incessant des vagues. Mes yeux ont si mal qu’ils en pleurent.

Du haut du plongeoir, je prends mon élan et pour quelques secondes rien de ce monde ne me touche. Je vole, seule, en dehors des limites de l’espace et du temps. Plus de chagrin, plus de regrets, plus rien que le vide qui entoure mon corps dénudé. Je sens la caresse du vent qui effleure le textile humide étreignant mon épiderme frémissant. Je voudrais que ce moment dure une éternité.

Ai-je assez pleuré de larmes pour ne pas me blesser encore en tombant ?


11:28 Écrit par Pakerette | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

*** Je me faisais une joie de te lire et.... que t'arrive-t'il ?
Je t'envoie plein de bisous

Écrit par : Sweeety | 14/08/2004

... On ne verse jamais assez de larmes, car parfois et heureusement, ce sont des larmes de bonheur...

Écrit par : Fléa | 15/08/2004

Les commentaires sont fermés.